Balade

UN FEU VERT POUR LE COAVIONNAGE FRANÇAIS

Le 22 juin 2017 est maintenant une date importante dans l’histoire du coavionnage ! Après de longs mois d'attente et de travail, toute l’équipe Coavmi est très heureuse de vous annoncer que le Conseil d'Etat a annulé la contraignante réglementation française concernant le coavionnage.
 
La plus haute juridiction administrative française a décidé que seule la réglementation européenne, favorable au coavionnage, devait s'appliquer. Chaque pilote Coavmi peut ainsi, à partir d'aujourd'hui, déposer des annonces de coavionnage avec les seules restrictions que lui impose sa licence en terme d'emport de passagers. Les restrictions de distance, temps, IMC et minimum d'heures de vol ont été invalidées par le Conseil d’Etat.

La motivation d’un pilote :

Toute cette démarche est à l’initiative d’un homme : Réné Laversanne, pilote privé à l’aéroclub de Bordeaux Saucats, qui après la dérogation imposée par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) en août 2016, déclarait : “J’ai tout de suite considéré la décision française de la DGAC comme contraire à mes droits de pilote. J’ai donc décidé de l’attaquer par un recours en excès de pouvoir car elle restreignait mes prérogatives de pilote. En effet, ma licence de pilote privé m’autorise à faire du coavionnage. Cette décision renforce même la sécurité aérienne car, comme l’ont considéré l’EASA et nos pays voisins, le coavionnage, en permettant aux pilotes privés de voler plus souvent, leur permet d’améliorer leur expérience de pilotage.”

Aujourd’hui, c’est grâce à des pilotes comme René que nous pouvons faire avancer l’aviation privée. En effet beaucoup de pilotes privés souhaitaient utiliser le coavionnage pour voler plus régulièrement, mais ne pouvaient pas en raison de la précédente dérogation.

Le coavionnage aujourd’hui :

Grâce à cette décision du Conseil d’État, les 27 000 pilotes privés français vont enfin pouvoir poster leurs annonces de vol et partager leurs frais avec les passagers rencontrés sur la plateforme Coavmi. Comme évoqué précedemment, c’est le règlement européen (UE) 965/2012 favorable à notre activité qui s’applique.

Ainsi pour effectuer un vol en coavionnage, les pilotes devront être en possession de leur licence et avoir effectué au moins trois décollages et trois atterrissages dans les trois derniers mois sur l’aéronef utilisé.

Ce changement de régulation vient clôturer deux longues années de travail avec l’Agence Européenne pour la Sécurité Aérienne (EASA) et les différentes administrations nationales. « Nous allons enfin pouvoir développer l’activité du coavionnage dans de bonnes conditions », déclarait alors Youssef Oubihi, CEO de Coavmi.  

La prochaine étape:

Maintenant que nous avons une situation harmoinsée dans toute l’Europe et propice au coavionnage, nous allons travailler avec la Fédération Française d’Aéronautique (FFA) afin d’intégrer le coavionnage de façon intelligente et sécurisée dans les aéroclubs français. Le coavionnage sera bénéfique à la fois aux pilotes mais aussi aux aéroclubs leur permettant de faire voler leurs avions plus régulièrement.

Toute l’équipe Coavmi est fière de collaborer à l’évolution du cadre réglementaire du coavionnage.

L’économie de partage, l’économie de demain ! 

Tags:

Partager :


Commentaires

Déposer un commentaire

Veuillez respecter les règles de publication de message (ne pas écrire d'e-mail, numéro de téléphone, nom, prénom). Ces informations seront communiquées après la réservation d'un vol.